Rencontre Blogueur Pro 2018 : c’était CHAUD !

Rencontre Blogueur Pro 2018

La rencontre Blogueur Pro 2018 a eu lieu à Bruxelles cette année. L’occasion de rencontrer des centaines de blogueurs passionnés, de partager nos réussites et nos échecs, d’apprendre, de se faire des amis.

J’en ai profité pour sortir ma caméra et réaliser un petit vlog, histoire de vous montrer l’ambiance qu’il y avait sur place. J’ai été impressionné par le nombre de participants. Créer un blog c’est encore une approche peu populaire et pourtant il y a de plus en plus de personnes qui s’y mettent, notamment des millennials (la génération née entre 1980 et 1998), constamment connectée aux réseaux et qui ne veut pas de la vie de bureau.

Pour un mec comme moi qui vient du monde professionnel de la musique c’est une véritable révolution de voir autant de bienveillance parmi tous ces blogueurs. On ne sent pas de concurrence, chacun a sa place et on peut tous s’entraider. Ça a l’air trop joli pour être vrai et pourtant c’est ce que j’ai ressenti. Après il y a toujours des exceptions et des mecs qui n’ont rien compris. Tant pis pour eux !

J’ai aussi été impressionné par les très belles réussites de certains blogueurs comme Coline et Rémy du blog Petites chasses au trésor qui ont pu s’acheter une maison grâce à leur blog !

Grand privilège : Olivier Roland et Laurent Breillat, malgré leur agenda surchargé et les nombreuses sollicitations, m’ont accordé chacun une interview ! Cela montre aussi la générosité de ces influenceurs.

Un weekend haut en couleur, rempli de très chouettes rencontres et d’apprentissages. Je vous encourage vraiment à vous rendre à des événements de ce genre et à réaliser un petit vlog. Si vous êtes en panne d’inspiration je vous explique comment réussir un vlog ici.

On a terminé la première journée dans un restaurant à proximité avec les membres u groupe Elite de Blogueur Pro. Olivier Roland s’est assis à côté de moi. Et être assis la table de son mentor c’est pas toujours évident… Comme j’étais un peu impressionné et que je voulais faire bonne impression, j’ai un peu perdu mes moyens! 😩

Moi qui suis d’habitude plutôt bavard, je ne savais pas trop quoi dire.  Heureusement Olivier Roland, qui a déjà fait le tour du monde, avait plein de trucs intéressants à raconter. Il nous a parlé de son amour pour Lisbonne, de son déménagement de Londres à Dubaï et de son défi de donner une conférence entièrement en portugais. J’écoutais tout ça avec attention en me disant que je ne voyage pas assez, que je devrais aussi apprendre une nouvelle langue et que ma vie est un peu moins marrante.

Jusqu’au moment où il m’a demandé : “Et toi Olivier? C’est quoi la prochaine grosse étape?” Et là, gros blanc : “Heuuuu, beinnnnn, écoute, plein de trucs, euuuuu.” Aïe, aïe, aïe. Une vraie gamine ! Pfffff .

  •  
    26
    Partages
  • 26
  •  
  •  
  •  

Charge mentale : comment y remédier en 4 étapes machiavéliques !

Votre charge mentale vous empêche-t-elle de passer à l’action? Comment surmonter les obstacles? Comment réaliser ses projets et oser faire ce qu’on aime? Poser cette question c’est avant tout se poser la question du sens que l’on souhaite donner à sa vie. Que l’on soit jeune adulte, jeune parent, starter, trentenaire, quarantenaire, pensionné ou en burn-out, il arrive un moment ou l’on sent que notre vie n’est plus vraiment alignée à nos nouvelles priorités. Avez-vous besoin d’un petit coup de fraîcheur? Quel est votre niveau de kiff actuel? Je veux dire par là ; êtes-vous satisfait votre vie actuelle? Prenez une seconde et pensez à ce que VOUS voulez vraiment. Soyez égoïste ! Vous voulez devenir Youtubeur? Vous voulez augmenter vos revenus? Vous voulez perdre du poids, prendre du muscle? Vous voulez apprendre à jouer un instrument de musique? Vous voulez trouver l’amour, le vrai? Qu’est-ce que c’est? 

Obtenir ce qu’on veut est simple. Ce n’est pas facile, c’est simple : pas de chichi, pas de méthode de gourou américain complètement déconnectée de la vraie vie… Juste de l’organisation, du bon sens et de l’envie d’être heureux. Je suis en effet convaincue qu’on est tous venus s’incarner sur terre pour réaliser une mission très précise. Etre heureux et diffuser notre bonheur. Je crois que tout le monde a le DEVOIR d’être heureux, et encore plus durant cette période de transition. Voilà comment nous pouvons aider à développer la “Nouvelle Société”. Mais ce n’est évidement pas si facile de faire baisser la charge mentale… Une étude menée par Harvard à estimé que seuls 5% des personnes arrivaient à atteinte leurs objectifs à 5 ans. Pourquoi? A cause du quotidien, de la vraie vie et ses freins. Ces freins, je vous propose de les lever grâce à UNLIMIT-IT, ma méthode pratico-pratique composée des 4 étapes suivantes :

1. Savoir ce que l’on veut : être INSPIRE

Consacrez-vous une journée au vert, en dehors de votre environnement habituel (un parc, un café, un gîte, une prairie, …). Visualisez votre vie de rêve à 5 ans… En rêvant GRAND! Sans AUCUN frein : tout y est possible! Si vous aviez tout le temps et l’argent nécessaires ainsi qu’une baguette magique, comment vivriez-vous? Soyez ultra précis et couvrez toutes les sphères de votre vie : professionnelle – sociale – matérielle – financière – personnelle. Utilisez votre cerveau droit : dessinez sur une feuille A3 vos envies, créez un tableau des personnes qui vous inspirent ou partez de l’IKAGAI si vous avez besoin de trouver plus de sens dans votre vie. VIBREZ un maximum pendant cette phase de création. Plus vous y mettez de l’émotion et de l’intention, plus efficaces et puissantes seront les prochaines étapes!

2. Savoir comment atteindre ces rêves : être STRUCTURE

Cette étape va vous permettre de découper chaque rêve en micro-actions, de façon séquencée dans le temps. Créez un tableau Excel avec comme en-tête de colonne : catégorie-why-résultats-icônes. Comme en-tête de ligne vos sphères : professionnelle – sociale – matérielle – financière – personnelle. Vous allez alors transférer vos rêves dans le tableau : chaque rêve correspond à une ligne.

Exemple : “Je veux devenir un auteur reconnu” :

  • Catégorie projet pro : indiquer dans la colonne WHY ce qui me pousse à réaliser ce rêve (être reconnu comme expert? augmenter ma visibilité? transmettre pour changer des vies?).
  • Dans la colonne résultats : indiquer quels objectifs précis je désire atteindre : combien de ventes? Pour quand? Sur quel support? Il faut que l’objectif soit assez précis pour que vous puissiez l’atteindre réellement, que la ligne d’arrivée soit claire.
  • Dans la colonne icônes : indiquez les auteurs qui vous inspirent et à qui vous voudriez ressembler. Ce sont vos héros! Ils doivent vous inspirer à donner le meilleur de vous même! Ils vous donneront de l’ENERGIE dans les moments plus tendus.
  • Choisissez ensuite 5 à 10 rêves à réaliser pour cette année. Attention, cette sélection est très importante, car leur choix est stratégique: pensez à leur séquencement par rapport à tous vos autres rêves.

Exemple un peu cliché ; vous désirez être libre financièrement et recevoir 10.000€ sur votre compte tous les mois grâce à des business passifs (objectif financier) mais aussi vivre de votre passion (objectif pro) ; passer plus de temps avec vos proches (objectif social) et déménager à l’étranger (objectif matériel).

  • Pour ce faire, il vous faudra d’abord créer vos activités professionnelles et/ou changer de boulot. Puis dégager plus de temps pour enfin récolter les fruits de votre travail et changer d’habitation.
  • Pour chacun de ces rêves sur 1 an listez au minimum 30 étapes à réaliser pour y arriver sur une feuille A4 (une feuille individuelle par rêve). Soyez très précis et exhaustif. Ces listes vous seront indispensables pour l’étape 4.
  • Attention! Faites la différence entre les actions à mener régulièrement (par exemple, votre rêve est d’affiner votre silhouette. Une des action sera de boire plus d’eau. RDV à l’étape 4 pour gérer ce type d’action) et celles qui sont ponctuelles et liées à un projet (exemple : trouver une imprimerie pour imprimer mon livre).
charge mentale
Julie Dedry, créatrice e routines sur mesure et Olivier Juprelle

3. Vaincre la charge mentale : être ORGANISE

Cette étape vise à mettre en place une nouvelle organisation pour que ni le temps, ni votre gestion budgétaire, ni la gestion de votre ménage ne soient un frein à la réalisation de vos rêves :

  • Budget : mettez en place le système des jarres de T. Harv Eker. Prenez une demi journée (seul si vous vivez seul, avec votre partenaire si vous êtes en couple) pour refaire non pas votre plan budgétaire, mais votre STRATÉGIE budgétaire. Prenez rdv dans votre banque pour ouvrir les comptes épargnes décrits par cette méthode.
  • Emploi du temps : créez votre SLA (service level agreement) avec votre partenaire ou seul. Sur un planning de 2 semaines indiquez les moments que vous désirez consacrer à votre business : loisirs, enfants, couple, etc. Sous forme de bloc de couleurs différentes. L’idée est que chacun soit conscient des besoins de l’autre et que si un bloc est déplacé, il doit être absolument remplacé autre part (et non pas annulé).
  • Charge mentale : listez sur une feuille A4 toutes les charges que vous devez effectuer (en passant par le changement de l’éponge de vaisselle) et notez qui effectue cette tâche et combien de temps cela prend. Comparez ensuite cette liste avec votre partenaire. L’idée n’est pas de répartir équitablement les tâches, mais qu’elles soient une bonne fois pour toute discutées objectivement et qu’elles ne représentent plus un frein pour accomplir nos souhaits les plus chers. Grâce à votre dessin de l’étape 1, vous pourrez ensuite conscientiser votre partenaire sur l’enjeu qui se joue! Ensuite, lâchez prise (diminuez votre niveau d’exigence), acceptez de déléguer et montrez comment faire (créez un guide de fonctionnement de votre maison).
  • Gestion du ménage : inspirez-vous des techniques de home-management et créez, entre autres, vos listes de repas préférés, vos menus, créez une liste de courses enregistrée sur une app de commande en ligne de grande surface pour gagner du temps et rendre votre quotidien plus fluide.
  • Si vous êtes en manque d’idées pour bien manger je vous invite à lire l’article “Comment bien manger pour être en forme au travail”. 

4. Gérer son énergie

Cette étape va vous permettre de canaliser votre énergie, votre moteur, ainsi vous n’aurez plus à “ré-inventer l’eau chaude” tous les jours et vous devrez juste vous laissez guider par 3 petites fiches! Créez vos routines sur mesure : quotidienne, hebdomadaire et mensuelle sur une petite carte (de type Bristol ou grâce à Evernote) et indiquez les actions à effectuer :

  • Tous les jours (exemple : 2 actions pour mes objectifs à 1 an, boire 1,5l d’eau et vérifier que le cycle du linge est en ordre)
  • Toutes les semaines (exemple : vérifier le SLA avec votre conjoint, vérifier vos finances, préparer vos menu, choisir les objectifs de la semaine)
  • Tous les mois (exemple : faire le point sur les actions menées à bien, celles qui ont échouée, fixer les rdv du mois, fixer les objectifs du mois)

Cette méthode peut paraître fastidieuse et pas très sexy, mais elle est tellement efficace! Connaissez-vous beaucoup de personnes à succès qui y sont arrivés par hasard? Très peu, je vous le concède 🙂 Tous avaient “un plan machiavélique” pour y arriver 😉 Et j’ai un secret pour vous : une fois la méthode appliquée, le plus gros du travail est fait! Vous avez inscrit dans votre inconscient et lancé dans l’univers un message très clair sur vos désirs. Vous avez pavé votre chemin !

Bonus : utiliser cette méthode en couple permet de (re)définir un projet de vie à 2 😉 De chouettes moments à partager, avec des discussions pleines de sens qu’on prend rarement le temps d’avoir dans notre quotidien..

Evidemment, c’est beaucoup plus facile de remédier à la charge mentale en étant accompagné :

  • Cela vous permet de vérifier que vos WHY sont assez puissants
  • Que vos objectifs à 1 an sont correctement choisis (séquence et nature)
  • Que vos routines sont bien adaptés à VOTRE vraie vie
  • Que vous soyez boosté un max
  • Et puis c’est plus facile de prendre du temps pour soi quand quelqu’un compte sur vous!

C’est pourquoi je vous recommande chaudement de prendre rdv avec un expert en la matière! Alors, prêt à vivre une vie sans compromis? 🙂

Rendez-vous sur juliededry.be pour suivre un séminaire (1 jour) ou un accompagnement personnalisé! Vous pourrez aussi y télécharger tous les fichiers cités dans cet article.

Cet article invité a été écrit par Julie Dedry, créatrice de routines sur mesure.

Bien manger au travail : le guide ULTIME pour être en forme !

bien manger au travail

Bien manger au travail ce n’est pas toujours évident. Que l’on soit entrepreneur ou employé nous avons besoin d’énergie pour travailler de manière efficace et une alimentation équilibrée vous en donne les moyens ! Alors comment bien manger pour être en forme et gagner en productivité? 

Quand j’étais enfant, tous les conseils en matière de nutrition faisaient la chasse aux graisses. Il faut manger maigre, répétait-on sans arrêt. Les graisses font grossir, sont dangereuses pour le cœur et bouchent les artères !
Aujourd’hui, la science a progressé et on découvre que le sucre est bien plus dangereux pour la santé que les graisses même si 1 gramme de sucre représente moins de calories qu’un gramme de graisse.

Jeune maman, je donnais des cornflakes à mes enfants dans du lait demi-écrémé, des tartines garnies de Nutella et… je croyais bien faire ! C’est pourquoi j’ai envie de partager avec vous les avancées scientifiques les plus récentes en matière de nutrition. Et pour bien manger au travail, il faut avant tout bien manger au petit-déjeuner. Si vous avez du mal à vous lever tôt je vous invite à lire mon article “Comment se lever tôt, la meilleure technique”. Le petit-déjeuner donc :

1. BIEN MANGER AU TRAVAIL COMMENCE PAR LE PETIT DÉJEUNER

Avez-vous l’habitude du pain beurré à la confiture, des délicieux croissants, des pains au chocolat, ou autres viennoiseries ? Le Docteur Jean-Paul Curtay a été et est encore mon professeur de Nutrithérapie. C’est un français et dès ses premiers cours, il nous disait avec conviction : « le petit déjeuner français est une catastrophe ! ». Pour varier un peu les plaisirs, vous vous tournez vers les versions américaines avec un bol de corn-flakes ! Eh bien, autant vous dire que ça ne commence pas très bien pour vous et les performances que vous escomptez.

Pourquoi le petit déjeuner français est-il une catastrophe?

Quand nous nous levons le matin, le taux de sucre dans le sang (la glycémie) est tout à fait acceptable. Inutile donc d’avaler des sucres rapides comme la confiture par exemple. Car voici ce qui se passe : l’élévation du taux de sucre dans votre sang fait appel à votre pancréas en lui imposant de produire de l’insuline pour s’occuper de tout ce sucre. L’insuline permettra ainsi l’entrée du glucose dans la cellule et par conséquent la production d’énergie. Comme vous le savez certainement, le glucose est le carburant de la cellule. Un peu comme le mazout de votre chaudière ou de votre voiture. Mais si il y en a trop de sucre, l’insuline est obligée de transformer ce surplus en graisses appelées triglycérides. Le malheur veut que ces graisses ne produisent aucun avantage si ce n’est que de venir se loger autour de votre taille et y créer des bourrelets disgracieux… Et croyez-moi, ils sont si bien installés à cet endroit qu’ils ne sont pas près de fondre. Surtout si vous continuez à absorber des sucreries dès le matin !

Mais ce n’est pas tout !  Quand l’insuline a terminé son boulot, le taux de sucre dans le sang a tellement chuté qu’il se produit une hypoglycémie réactionnelle. Résultat : vous avez déjà faim à 11 heures du matin. Avec, bien sûr, une préférence pour quelques biscuits sucrés…. Enfin, le repas très glucidique et peu protéiné favorise la libération de sérotonine. Certes, elle procure une sensation de bien-être mais elle « ralentit ». A l’inverse, les protéines sont favorables à la libération de dopamine, et permettent ainsi un bon état d’éveil, donc de performance au cours de la journée.

Que faire pour bien manger au petit-déjeuner ?

En résumé, il faut éviter de perturber la glycémie dès le matin et donc oublier le sucre ! Votre organisme a besoin essentiellement de lipides, de protéines et de sucres lents. Quand j’étais petite fille, mon petit déjeuner se composait d’un œuf à la coque… Du pain grillé et beurré, découpé en petits soldats que d’autres appelaient « mouillettes ». Je les trempais dans le jaune d’œuf, puis, je raclais le blanc avec la petite cuiller… un vrai délice ! Et j’étais rassasiée jusqu’à midi.

Quelques suggestions gagnantes :

Le petit déjeuner doit contenir une bonne portion de protéines. Elles sont en effet les briques de notre fonctionnement corporel. Les taux des neurotransmetteurs tels que nor-adrénaline et dopamine seront au top grâce à une bonne ration protéinée. Elle vous permettra de démarrer la journée avec l’énergie, la concentration, la mémoire et la motivation nécessaires à vos objectifs. Le principe : plutôt que « le pain garni de », on inversera les proportions pour avoir plus de garniture que de pain.

Choisissez donc les aliments suivant :

  • un œuf à la coque
  • du jambon
  • des filets de dinde ou de poulet
  • du fromage (si vous êtes ok avec les produits laitiers)
  • du yaourt de soja
bien manger au travail
Le petit déjeuner doit contenir une bonne portion de protéines

Accompagnez cette sélection de pain complet beurré, tartiné de tapenade ou de purée d’amandes pour avoir une ration de bonnes graisses. Avocat, saumon fumé sont également les bienvenus. Il existe aussi du pain complet protéiné nommé « probody ». Il contient une meilleure concentration de protéines et moins de glucides.

Qu’en est-il des fruits au petit déjeuner ?

Les fruits contiennent du sucre appelé « fructose ». Le fructose a l’avantage de ne pas stimuler l’insuline. C’est pourquoi il est permis aux diabétiques MAIS il est aussi calorique que le glucose. De plus il augmente les triglycérides, l’accumulation des graisses dans le foie (foie gras). Ceci est un facteur d’obésité et de risques cardiovasculaires. Autre inconvénient : manger un fruit ne provoque pas de satiété. On en a tous fait l’expérience. On est ainsi tenté de continuer à en consommer (la grappe de raisins y passe !). Enfin, il interfère négativement avec la digestion des protéines. On en réservera la consommation à un autre moment de la journée car il ne faut pas s’en priver, ils contiennent beaucoup de bonnes choses !

A éviter : les jus de fruits même sans sucre ajouté. Si vous mangez un fruit le matin, mangez-le entier, vous aurez le bénéfice des fibres qu’il contient. Un kiwi par exemple riche en vitamine C. A proscrire : les sirops de fruits, les pâtes de fruits. On pose souvent la question du miel. Attention si vous ne voulez pas grossir car il contient du glucose et du fructose, à consommer avec modération.

Ainsi, vous resterez performant jusqu’au repas de midi ! On va donc voir comment bien manger au travail.

LE REPAS DE MIDI

Très souvent, vous n’avez pas beaucoup de temps. Et puis, de toute façon, c’est le soir que vous mangerez complet… Pas vrai ? Certaines personnes mangent très peu à midi. Souvent elles craquent à 4 heures pour des biscuits, des barres chocolatées, etc. Celles-ci vont procurer une satiété très fugace et le soir, en rentrant à la maison, la faim les tenaille. Du coup, on prépare un repas complet et copieux, beaucoup trop copieux avant le coucher. Et voici les comportements très fréquents à midi :

  • Soit vous ne mangez presque rien car vous craignez de prendre du poids, une petite soupe Royco et vous essayez de tenir.
  • Soit, vous avez faim et vous courrez vous chercher un sandwich au thon mayonnaise.
  • Soit votre boulot vous oblige à aller au restaurant.

Dans les 3 hypothèses, les bonnes résolutions du matin seront vite bafouées. Pour bien manger au travail, votre repas doit comporter les 3 nutriments de base en proportions équilibrées. Il doit donc être complet même s’ il est froid. Savez-vous que le sandwich ou baguette sans garniture équivaut à 22 morceaux de sucre ? Eh oui, la baguette est un glucide très rapidement métabolisé, presque comme les sucres rapides. Du coup, la glycémie va grimper et s’ensuivra le coup de pompe dû à l’ hypoglycémie réactionnelle.

Alors, voici comment répartir les rations de votre repas à midi :

  • 1/2 assiette de légumes crus ou cuits ou et un bol de potage sans pommes de terre (haricots cuits la veille, salade avec endives, radis ou quelques légumes de saison).
  • 1/4 assiette de protéines : poisson (sardines par exemple), volaille, viande, steak végétarien.
  • 1/4 de féculents : pâtes, riz quinoa, pain complet. Leur quantité est proportionnelle à votre dépense physique, c’est comme une voiture, plus on fait de kilomètres, plus on consomme de l’essence. Si vous pouvez faire une petite balade pendant votre pause, ce ne sera que mieux.
bien manger au travail
La moitié de votre assiette doit être composée de légumes crus ou cuits

Assaisonnez avec des huiles riches en ω3 (colza, noix…, quatuor). Ce repas peut être rapidement préparé la veille ou avec les restes du dîner. Au restaurant, ne mangez qu’une partie des féculents, il y en a souvent beaucoup trop sur l’assiette parce que rentable pour le restaurateur. Demandez de vous servir la sauce à part. Préférez si possible entrée+ plat plutôt que plat + dessert. Celui-ci viendra dans quelques heures.

LE GOÛTER, CET INCONTOURNABLE POUR BIEN MANGER AU TRAVAIL

Offrez-vous du sucré, mais du bon ! Le saviez-vous ? Notre cerveau est habité par de mystérieux personnages qui tâchent de faire bon ménage ! Les uns sont nos alliés pour l’action, la motivation, la combativité, la réaction adéquate au stress : dopamine, noradrénaline… D’autres nous aident à nous relaxer, à calmer notre tension pulsionnelle, nous détendre pour passer une nuit calme.
La plus connue est la sérotonine, du reste précurseur de la mélatonine, hormone du sommeil. Et le sucre en est le leader ! En effet, dès l’absorption de sucreries, le cerveau envoie une décharge de sérotonine bienfaisante, procurant du plaisir. Hélas, ce bonheur est fugace. Si bien que le cerveau réclame une nouvelle dose de sucre. Et nous voilà vite partis dans l’engrenage de l’addiction au sucre. A cette heure de l’après-midi, la glycémie baisse, la fatigue commence à se faire sentir. Le coup de pompe est physiologique et le corps a vraiment besoin d’un petit remontant.

Pour bien manger au travail, votre goûter sera donc idéalement composé de :

  • fruit
  • oléagineux (fibres + matières grasses= amandes, noix de cajou, du Brésil),
  • yaourt au soja (contient du tryptophane pour favoriser la sécrétion de sérotonine)
  • chocolat noir (+ de 70%).

Ce délicieux goûter calmera votre faim et vous pourrez attendre l’heure du souper sans souffrir. Sans vous jeter sur le frigo en rentrant à la maison.

bien manger au travail
Le goûter calmera votre faim et vous pourrez attendre l’heure du souper sans souffrir

LE REPAS DU SOIR

Si vous n’avez pas faim, ne mangez pas ou très léger. Si vous avez faim, mangez mais léger. Une soupe, c’est l’idéal avec une ou deux tranches de pain complet + un petit morceau de volaille ou un filet de maquereau. Au lieu du pain, un peu de quinoa. Une règle : pas trop de viande le soir. Savez-vous pourquoi ? Un repas de viande le soir alourdit la digestion, fatigue et agite puisque les protéines sont dopaminergiques (= dopantes) au détriment de la production de sérotonine et de mélatonine. Du reste, on n’en a pas besoin pour dormir, on ne doit pas faire du muscle, ni se concentrer pendant le sommeil !
La nuit, c’est notre système nerveux qui doit être restauré, c’est capital !
Un repas léger et ingéré tôt dans la soirée le permet. De ce fait, on se réveille en pleine forme avec de l’appétit pour le petit déjeuner. Quand on n’a pas faim pour le petit déjeuner c’est souvent parce qu’on digère encore le repas de la veille ! La boucle est donc bouclée et on repart pour une nouvelle journée en plaine forme.

Quels sont vos conseils pour bien manger au travail? Dites-le moi dans les commentaires.

Cet article est un article invité écrit par Anne Frogneux du blog astucesnutrition.com

Pour aller plus loin avec la nutrition, quelques conseils de lecture :

Conseils pratiques de nutrithérapie : https://amzn.to/2QInkC1
Changez d’alimentation : https://amzn.to/2QJ9MGe

 

Comment filmer du dessus sans dépenser une fortune ?

comment-filmer-du-dessus

Comment filmer du dessus, quel trépied utiliser pour filmer du dessus, comment filmer au dessus d’un plan de travail, comment filmer son dessin ou comment filmer ses mains? Vous avez certainement déjà vu ces magnifiques plans filmés de haut sur Youtube.

Les images produits sont essentielles dans l’expérience d’achat de vos clients. Aujourd’hui je vous montre un moyen imparable de vous différencier de vos concurrents : filmer vos produits du dessus.

Chaque entrepreneur, youtuber, créateur de contenu, blogueur devrait avoir un système pour filmer d’en haut dans son arsenal vidéo. Si vous n’en avez pas vous devriez en acheter un tout de suite. C’est idéal pour montrer vos produits sous un angle flatteur.

Il y a des centaines de manières de filmer du dessus. Dans cette nouvelle vidéo je vous montre :

  • Le meilleur matériel à acheter sans vous ruiner
  • Un système qui ne prend pas trop de place
  • Comment le monter facilement

Je vous montre aussi comment je l’utilise avec quelques exemples ! 

Comment puis-je vous aider ?

J’ai besoin de votre avis ! 

Ca fait déjà 9 mois que j’ai démarré mon blog Stratégie Vidéo. Vous êtes déjà un peu plus de 1000 à le suivre tous les mois, bientôt 400 abonnés à la chaîne Youtube et 1600 sur Instagram. Franchement merci ! Il y a de plus en plus de lecteurs qui me contactent et laissent des commentaires. Merci beaucoup d’être mes lecteurs. Merci d’être présents, de discuter vidéo avec moi sur le web!

Ce que j’aimerais faire c’est vous aider encore davantage et pour ça j’ai besoin de votre avis !

Un grand merci de compléter le formulaire anonyme ci-dessous en 5 minutes maximum !  Cela me permettra de produire du contenu d’encore plus grande valeur 🙂 

Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent !

Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent
Le groupe TALISCO m’a demandé d’immortaliser leur concert à Bruxelles

Lorsqu’un artiste me propose une captation de son concert j’ai beaucoup de mal à dire non parce que j’adore faire ça. C’est pourtant un nouveau défi à chaque fois. Bien filmer un concert live est loin d’être évident, surtout quand les budgets sont serrés. Il faut être créatif pour contourner les contraintes budgétaires et très organisé pour pouvoir mieux improviser le jour du tournage. Dans cet article je partage avec vous 8 conseils clés pour que votre captation concert soit une réussite.

1. Captation concert = faire simple

Un multicam de concert c’est le chaos. Je le dis à chaque fois mais quand vous filmez un concert c’est inutile de vouloir faire du cinéma. Le plus simple = le plus efficace = le meilleur résultat et SURTOUT le moins de temps en postproduction.

Découpage simple, mise en place simple. KISS comme disent les anglais : Keep It Simple Stupid. Une profession de foi ! Amen.

Cet article existe aussi dans une version tuto sur Youtube :

2. Bien choisir ses cadreurs

C’est eux qui vont faire toute la différence. Lors de mes captation concert j’ai eu l’occasion de travailler avec des cadreurs qui n’auraient pas réussi leur examen d’entrée à l’ERG et d’autres qui étaient diplômés de l’INSAS en tant que chef opérateur. Évidemment, la matière que vous allez recevoir au final et avec laquelle vous allez travailler sera totalement différente.

Il y a toujours des exceptions mais les bons cadreurs sont souvent bien équipés. Engagez les avec :

  • Un boîtier full frame
  • Une ou plusieurs optiques série L stabilisée(s) (vertical et horizontal)
  • Une ou plusieurs cartes 64 Go rapides
  • Des batteries de rechange
  • Et surtout un PIED ! Le nombre de mecs qui ont un boitier incroyable et qui n’ont pas de pied.

Un boîtier sans pied c’est comme un bon vin sans verre, un poème sans tristesse ou un guépard sans vitesse. Il faut un bon pied les gars, un bon pied !

3. Réussir ses contacts avec les interlocuteurs du concert

  • La régie. Vous avez besoin de praticables à hauteur de scène pour pouvoir filmer les artistes à angle plat et un accès à ces praticables avec des marches sécurisées
  • L’ingé son. C’est lui qui va vous aider à enregistrer le son du concert. C’est aussi important, si pas plus, que l’image.
  • Le régisseur lumières. Il va falloir négocier avec lui pour avoir assez de niveau sur scène. Un cours en négociation préalable n’est pas superflu 🙂
  • La production du concert. C’est la production qui va vous donner l’accès à un parking, une loge équipée avec une table et de l’électricité, des boissons et des snacks, une clé pour fermer la loge et des tickets repas.
Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent
Négociation avec le régisseur du concert de Talisco pour pouvoir placer un praticable dans la fosse. C’est le seul moyen de filmer les artistes à angle plat mais ça gêne souvent le public… Il faut donc trouver un compromis !

4. Filmer les artistes pendant les balances

C’est mon petit truc à moi. Contrairement à un clip vidéo (allez jeter un œil à mon article “comment réaliser un vidéoclip“), la grande difficulté de la captation concert c’est qu’on ne peut pas choisir le décor ni refaire la prise. Avec le public dans la salle, une fois le concert lancé on ne peut pas tout arrêter.

Filmer les balances permet d’augmenter le nombre d’angles sans gêner le public pendant le concert tout en restant dans une enveloppe budgétaire raisonnable. Pour Talisco nous étions 3 cadreurs et sur le montage final il y a 12 axes.

L’idée est de filmer tout ce qui n’est pas possible pendant le concert, c’est-à-dire les plans rapprochés, pour lesquels les cadreurs doivent être sur scène.

Pour être honnête ça marche une fois sur deux. L’artiste doit jouer le jeu. Il faut que le titre filmé soit joué au click, et ça il faut vraiment le vérifier en amont, en direct avec l’artiste.


Les plans visage ne seront pas vraiment raccord, même si les artistes sont de bons comédiens, ils ne transpireront pas autant et auront moins d’énergie qu’avec le public dans la salle. Mieux vaut filmer les mains des musiciens. Attention, ils doivent porter exactement les mêmes vêtements, sinon la magie ne fonctionnera pas !

Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent
Une bonne source de plans de coupe : filmer les mains des artistes pendant les balances

5. Des horaires de tournage précis

Mon conseil principal : compter large. Il va y avoir des contretemps, du matériel défectueux ou manquant, des retards dans les balances, il faudra improviser sur le moment. Au mieux on est préparé au mieux on peut réagir. Prévoir un horaire avec une vraie pause pour manger, du temps pour vider les cartes et surtout pour se concentrer avant que la captation concert démarre.

6. Prévoir une réunion avec les cadreurs

C’est important pour régler les boîtiers. Comme chacun a apporté le sien il faut ajuster les réglages pour ne pas trop galérer à l’étalonnage. L’idéal étant de demander aux cadreurs de le faire la veille mais il faut tout de même vérifier à chaque fois que c’est en ordre. Voici mes réglages pour un DSLR Canon :

  • 1920/25
  • Netteté : 0
  • Contraste : -4
  • Saturation : -2
  • Teinte : 0
  • Régler date et heure
  • Activer le son
  • Faire une balance des blancs

Vous pourrez également leur communiquer vos envies en tant que réalisateur au niveau du cadre, des valeurs de plan que vous attendez. Pour ça le mieux c’est de dessiner des croquis. Vous pourrez ensuite leur expliquer vos attentes au niveau des mouvements de caméra. A l’épaule, rock’n’ roll qui bouge, statique ou avec un léger mouvement bien stable.

Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent
Le genre de croquis que j’utilise pour communiquer de manière plus efficace avec mes cadreurs

 

7. Rédiger un contrat spécial captation concert

On l’oublie souvent, dans la précipitation des préparatifs, mais la répartition des droits et le montant du cachet doivent être négociés avant la captation concert. Cela se fera en fonction de la licence d’exploitation de ces droits. Et le ping pong entre spécialistes juridique peut parfois prendre plusieurs jours.

Une journée de 12h vous attend. Votre matériel peut être cassé ou volé, vous aurez ensuite un gros travail de synchro, de transcodage et puis de montage. C’est du gros taf qui demande une maîtrise réelle, une prise de risque. L’artiste va se servir des images pour gagner en visibilité. Ça va lui rapporter de l’argent. Il ne faut donc pas travailler au rabais. C’est une pratique courante dans le milieu de la musique.

La vidéo de concert est en plein boom. Le festival Coachella diffuse aujourd’hui 2 weekends de concerts en direct sur YouTube. Beaucoup d’artistes ont compris l’impact de la vidéo de concert dans leur communication. Tout le monde y gagne. Il ne faut donc pas sous-estimer votre savoir-faire. C’est l’artiste qui a de la chance de travailler avec vous et pas le contraire 🙂

8. Rédiger un rider technique

C’est un truc que j’ai compris avec l’expérience et qui me fait gagner beaucoup de temps en préparation. Le document rassemble tous les besoins d’un multicam (enfin presque tous). En l’utilisant vous n’oublierez rien et tout sera rassemblé dans un seul mail. Ça montrera votre professionnalisme pour démarrer sur une bonne note.

Voici un lien vers le rider que j’ai rédigé et que j’utilise à chaque fois. C’est gratuit! N’hésitez pas à le compléter avec vos besoins et envoiez-le à la salle dès que possible :

Cliquez ici pour télécharger mon rider technique spécial captation vidéo de concert

Et vous, quels sont vos envies lorsque vous filmez un concert ou lorsque vous voulez que votre concert soit filmé ? Avez-vous une anecdote, un conseil à partager ? Racontez-moi ça dans un commentaire, je les lis tous et j’y réponds à chaque fois!

A bientôt !

Captation concert : les 8 secrets des réalisateurs qui réussissent

 

 

 

 

 

 

 

Olivier Juprelle, réalisateur. A force d’amortir les coups sur les tournages de mes propres clips j’ai appris sur le tas et je réalise parfois des vidéos pour les artistes qui me font confiance, comme ici pour Dario Mars & The Guillotines, Talisco ou Saint-André

Sac à dos photo : comment choisir ?

Comment choisir un sac à dos photo lorsqu’on est photographe ou vidéaste et qu’on utilise un appareil photo réflexe? 

Et puis surtout, si comme moi vous apparaissez sur vos photos et dans vos vidéos, quel sac photo choisir qui soit à la fois fonctionnel et pas trop moche, voir stylé?

Vous allez voir, c’est possible et dans cette nouvelle vidéo je vais vous montrer le meilleur sac photo ! 

1. Choisir son sac photo

On dit toujours qu’il faut choisir son sac photo en fonction des photos qu’on prend. Ok… Mais je prends des photos très différentes. A la fois en ville, dans la nature, en studio, parfois quelques heures, parfois pendant plusieurs jours. J’ai envie d’acheter un seul sac photo et qu’il me suive TOUS les jours.

Deuxième problème, j’ai tendance à emmener trop de matériel. Ça me donne l’impression de porter un bébé toute la journée. Je voulais donc un sac qui m’oblige à faire des choix !

2. Sac à dos ou sac en bandoulière?

Avec le sac photo en bandoulière on accède directement à l’appareil mais c’est moins confortable. Dans un sac à dos on peut caser plus de trucs, c’est confortable et le sac que je vais vous montrer propose une solution pour accéder directement à l’appareil. Si, si, je vous le promets ! 

3. Mes sacs photo

Case Logic

Voici mon tout premier sac photo. Un sac de la marque Case Logic, que j’ai reçu avec l’appareil photo. C’est compact et le mélange sac à dos/bandoulière est pratique. Il peut pleuvoir dessus, il est totalement étancheIl y a plein de compartiments et pour emporter un petit reflex une journée ça fait le boulot. Le problème c’est que c’est moche. C’est noir, avec un magnifique logo jaune et la matière polyester brillante n’est pas très inspirante. C’est un peu le problème de la très grande majorité des sac photo ou vidéo. Ils sont ultra fonctionnels, super bien pensés mais ils sont souvent moches, voir très moches et sont connoté “photographe”. Je ne vais donc pas m’attarder sur ce premier sac, que j’ai ceci dit, beaucoup utilisé au début !

Paul Marius

J’ai donc cherché un sac photo plus joli tout en restant dans un budget raisonnable et j’ai acheté un Paul Marius sur Amazon. C’est le modèle reporter, il est à 135 euros. C’est un sac en bandoulière. Le côté cuir vintage est plutôt joli, même si c’est un cuir d’entrée de gamme, ça fait tout de suite moins “sac photo”Les compartiments à l’intérieur sont ajustables. Il y a plus de place que dans le précédent. Un espace pour mettre un ordinateur, des poches latérales. il m’a bien servi, je l’ai d’ailleurs emporté jusqu’en Chine ! 

Mon sac photo Paul Marius m'a suivi jusqu'en Chine

 

 

 

 

 

Il a tout de même quelques défauts :

  • Pour le fermer il faut fermer les bretelles, ça prend des plombes. Idem pour accéder aux poches devant.
  • L’espace pour le laptop n’est pas protégé.
  • Dès qu’on commence à avoir un pied, un drone, ça devient un peu juste.
  • Il n’est pas du tout imperméable.

Peak Design Everyday Backpack 30L

everyday backpack peak design

Jusqu’ici le meilleur sac à dos photo que j’ai pu essayer. J’ai longtemps hésité avec le LowePro Tactic ou le de Street Walker de chez Think Tank (ils ont une version retrospective qui est plutôt jolie mais uniquement en bandoulière) mais comme je vous ai expliqué en début de l’article, le côté esthétique est important pour moi et l’un a un look militaire et l’autre, le Think Thank, est vraiment connoté photographe. Avec le Everyday Backpack de Peak Design, disponible sur Amazon en cliquant ici, on a un très bon équilibre. Je vous montre un peu les fonctionnalité?  Les zones de rangement sont accessibles par l’extérieur ou le haut du sac. Ces zones sont modulables à souhait, les mecs de Peak Design ont conçu un système efficace pour créer des compartiments.

Sac a dos photo

L’accès par au-dessus est très pratique pour insérer un manteau par exemple parce que la poche est extensible.

Sac a dos photo

Il y a d’autres rangements qui sont intégré aux poches, idéal pour les cartes mémoires et les batteries. Ces poches sont élastiques et jusqu’ici elles ne se sont pas détendues.

everyday backpack peak design

Les deux poches extérieures sont également élastiques. On peut ajouter une bouteille, un petit pied. Il y a une poche informatique. Pour ranger un livre, une tablette, un ordinateur portable.

Sac a dos photo

Les anses sur les côtés sont très solides et très larges. Des lanières en haut et en bas sont prévues pour un meilleur maintient. On a besoin d’une seule main pour les fermer.

Sac a dos photo

Il y a des lanières pour accrocher des objets externes. Un manteau ou un drone plus gros. Le sac, même vide, reste tout le temps “gonflé”. C’est joli. Et pour l’avoir déjà testé sous la pluie il est vraiment imperméable.

everyday backpack peak design

Peak Design propose une garantie à vie, tout de même ! 

Le “Everyday Backpack” de Peak Design a tout de même quelques inconvénients :

  • Il n’existe pas de version 40 L et pour un tournage vidéo plus important, ce sera trop juste.
  • En ouvrant les poches latérales il y a toujours un risque d’une optique qui tombe. Ça m’est arrivé. Heureusement je conserve mes optiques dans des étuis. 
  • Pour utiliser le système d’accès facile il faut savoir où est le matériel. Et quand on est un peu tête en l’air comme moi, on peut se tromper !
  • L’accès aux espaces de rangement, une fois que c’est ouvert, n’est pas optimal.  

Si vous voulez savoir ce qui se trouve dans mon sac photo :

Quel matériel j’utilise pour faire mes vidéos, ce que j’emporte avec moi en voyage. Je vous montre tout ça dans une seconde vidéo que vous pouvez voir en cliquant ici.

Il y a d’autres marques intéressantes comme ONA, Zecti ou Filson. Si vous connaissez d’autres chouettes marques ou que vous utilisez aussi le Everyday Backpack de Peak Design, laissez un commentaire ! J’adore vous lire et je réponds systématiquement ! 

A bientôt 🙂

 

Trouver de nouveaux clients : la méthode de Josh Kaufman

Comment trouver de nouveaux clients? Josh Kaufman, dans son livre “Le Personal MBA” (dans le top 5 des ventes Amazon en management) explique à quel point il est important aujourd’hui d’être trouvé sur internet lorsque vos prospects commencent à faire des recherches sur vos produits et/ou services. Le meilleur moyen est d’identifier clairement le point d’entrée de vos prospects sur votre marché et d’optimiser vos mots-clés autour des recherches qu’il va effectuer. Vous apparaîtrez ainsi en première page des résultats. Cela vous donnera une position dominante sur vos concurrents et augmentera vos chances de vendre vos produits et services à vos prospects.

Ce n’est pas pour autant évident de choisir les bons mots-clés ! Apparaître en première page est le Saint-Graal recherché par toutes les entreprises et la compétition peut parfois être rude. En utilisant Youtube vous augmentez vos chances d’apparaître en première page. Parce que Youtube est un moteur de recherche, parce que les vidéos ont plus de chances d’apparaître dans les résultats que les articles de blogs et parce que la très grande majorité des entrepreneurs utilisent mal la vidéo sur internet.

Profitez de cette opportunité en commençant à publier du contenu vidéo qui intéresse vos prospects et en l’optimisant le mieux possible. Du contenu ça ne veut pas dire des vidéos de vente ! Je vois trop d’entrepreneurs publier des vidéos de vente : “achetez moi ceci ou cela, je suis expert en ceci, cela, etc.” Youtube est un réseau social, pas un centre commercial. Commencez par aider vos prospects avec des vidéos de type “tutoriel”. Vous vous démarquerez de l’écrasante majorité de vos concurrents.

Voici l’extrait du livre de Josh Kaufman“Le Personal MBA”, en vente ici sur Amazon, sur lequel je me suis basé :

Si vous n’avez pas d’enfant en bas âge et si l’arrivée d’un enfant au sein de votre foyer n’est pas d’actualité, vous n’êtes probablement pas intéressé par les couches, les poussettes, les berceaux, les jouets et les garderies.

Mais dès que vous attendez un enfant, tout ce qui tourne autour de votre future progéniture commence soudainement à vous intéresser énormément et vous recherchez activement des informations dans ce domaine.

Avant vous n’aviez aucune raison de vous y intéresser et maintenant c’est différent. Certains marchés ont clairement défini des points d’entrée et de sortie. Pour une femme, apprendre qu’elle attend un enfant est un exemple de point d’entrée sur le marché. Cette nouvelle la rend brusquement beaucoup plus réceptive aux informations sur les produits et les services qui vont l’aider à prendre soin de son bébé.

Essayer d’attirer l’attention de consommateurs qui ne se soucient aucunement de ce que vous faites est une perte de temps, d’argent et d’énergie, c’est pourquoi vous avez tout intérêt à identifier le moment où ils ont envie d’entendre parler de vous avant de vous adresser à eux.

L’idéal est d’attirer l’attention de votre acheteur potentiel aussitôt après qu’il a atteint le point d’entrée sur le marché. On voit souvent de jeunes parents rentrer de l’hôpital ou de la clinique avec un “kit pour bébé” offert gratuitement et contenant des échantillons de couches, de pommades, de laits, de tétines et ‘autres produits de base destinés aux nouveaux-nés .

Si vous parvenez à attirer l’attention d’un prospect dès qu’il se montre intéressé par votre offre, vous devenez la référence par rapport à laquelle les offres concurrentes sont évaluées. Il s’agit d’une position remarquablement puissante qui augmente vos chances de voir votre prospect acheter vos produits ou vos services.

Avant l’arrivée d’internet la plupart des couples qui attendaient un enfant se mettaient aussitôt à dévorer des livres sur le sujet et à discuter avec des proches ou des amis expérimentés.

Aujourd’hui, ces futurs parents se jettent d’abord sur internet, d’où l’importance du marketing en direction des moteurs de recherche (référencement naturel ou payant). Optimisez les mots-clés que vos prospects sont susceptibles de rechercher et vous aurez la garantie qu’ils vous trouveront en premier.

Comment optimiser ces mot-clés? C’est le sujet du prochain article ! Avant d’optimiser vos mots clé vous pouvez recevoir gratuitement mon guide pour vous aider à trouver des idées de vidéos percutantes et faciles à faire ! 

A bientôt !

Comment se lever tôt? La meilleure technique !

Comment se lever tôt? Comment bien se réveiller le matin? J’ai une très bonne volonté mais se lever tôt le matin c’est mon plus grand talon d’Achille. J’ai lu des dizaines d’articles sur le sujet, regardé plein de tutos. Il y a un truc super simple et vraiment efficace puisqu’il fonctionne pour moi (et je viens de très loin). Je vous explique ça dans ma nouvelle vidéo !


Je peux vous dire que je suis excessivement bien placé pour vous en parler parce que je n’arrive pas à me lever. J’ai pourtant une volonté plutôt développée. Pour améliorer ma productivité j’ai décidé il y a 4 mois d’arrêter complètement l’alcool et le sucre. J’ai fêté mes 40 ans avec tous mes amis et passé une semaine à Ibiza dans en formule all in, alcools et cocktails à volonté sans boire une goutte d’alcool et sans manger de sucre. Mon talon d’Achille : je n’arrive pas à me lever tôt. C’est un enfer depuis des années et des années. Il faut dire que j’ai passé 20 ans de ma vie, en tant que musicien professionnel, à me lever à 11h, au plus tôt. Je n’avais pas encore d’enfants, j’adorais travailler la nuit, j’avais vraiment mes pics de créativité le soir et le “matin” en me réveillant vers 11h. J’ai adoré cette période. Ce n’est plus ma réalité aujourd’hui. Avec les enfants le temps est devenu ma denrée la plus chère. Se lever tôt c’est une des clés. Je suis donc allé voir tous les tutos, j’ai lus des dizaines de conseils sur les blog.

La seule et unique chose qui fonctionne pour moi et que je vous conseille, c’est super efficace : attention, roulements de tambours : c’est … de se lever. Le réveil sonne et on ne commence pas à appuyer sur le bouton snooze, se recoucher, etc. Parce qu’en fait, se lever c’est horrible, ce sera toujours horrible, quelque part en vous recouchant, vous allez bien devoir vous lever à nouveau à un moment et donc revivre cette sensation horrible. Autant couper ça tout de suite et se lever directement. En plus vous serez fier de vous. On se lève tout de suite, p-ê juste en s’asseyant au bord du lit, mais on se lève tout de suite, sans réfléchir et surtout on ne se recouche pas !

Pour vous lever tôt et donner un nouvel élan à votre vie je vous recommande la lecture du livre Morning routine

(lien affilié)

Autre chose ; aller se coucher plus tôt. La volonté diminue au fur et à mesure de la journée. La soirée c’est le moment où les enfants sont couchés, il fait calme, le téléphone ne sonne pas. J’adore travailler en soirée. On a eu une bonne pause avec le dîner. Mais je remarque qu’après 22h30 je commence à fatiguer, je vais voir des vidéos sur Youtube, je commence à procrastiner. J’ai mis en place “flux” sur mon ordi pour diminuer la lumière bleue des écrans (qui empêche de s’endormir) et à 22h30 il me prévient qu’il est temps de tout éteindre. De nouveau, à ce moment-là, il faut arriver à tout éteindre, sans réfléchir. Même si on a pas terminé. De toute façon, après 22h30 et une journée bien remplie, on n’est pas des machines, on ne travaille plus très bien. Mieux vaut arrêter, recharger les batteries et réattaquer le lendemain à fond. Ça me laisse aussi un peu de temps pour lire dans mon lit.

En résumé, ça paraît évident et ça l’est : se lever quand ça sonne sans se recoucher et aller dormir plus tôt.

Devenir riche : 3 manières de battre l’inflation

Comment être riche? Comment gérer son argent? Comment économiser son argent? Où investir son argent pour devenir riche?

En tant que musicien professionnel j’ai passé 20 ans de ma vie sans penser à l’avenir, en vivant au jour le jour. Maintenant que j’ai des enfants l’avenir a pris une toute autre signification ! Mais comment faire, par où commencer pour développer son autonomie financière et peut-être, un jour, devenir riche? J’ai demandé à Caroline Bachot, experte en la matière, de partager une méthode efficace et accessible à tous pour devenir riche 🙂

En tant que musicien et réalisateur je suis un fou de matériel et j’adooooore dépenser mes économies pour acheter de nouveaux joujous. C’est justement ce qu’il faut éviter de faire. En effet, la 1ère étape vers la liberté financière c’est de commencer à épargner. Cela se passe en 4 phases :

  • Rétablir l’équilibre financier
  • Assurer sa sécurité financière
  • Construire son indépendance financière
  • Jouir de la liberté financière

La seconde étape c’est d’investir dans des actifs (immobilier, bitcoin, mobiliers, être propriétaire d’une société, recevoir des droits d’auteurs).

La dernière épate c’est d’investir en soi pour développer ses connaissances (la connaissance c’est le pouvoir). Tout ce qui tourne autour du développement personnel, se libérer des peurs et croyances limitantes; avoir plus confiance en soi et accroître ses connaissances en matière d’investissements.

Tout cela est expliqué par Caroline Bachot dans ma nouvelle vidéo :